Journée internationale de la femme 2020 : les maliennes optent pour l’utile

 Journée internationale de la femme 2020 : les maliennes optent pour l’utile

Crédit photo

Le 8 mars, le monde célèbre la journée internationale pour les droits de la femme avec comme thème cette année : « je suis de la génération égalité, levez-vous pour les droites des femmes ». Le Mali a choisi de marquer différemment la journée que par les frasques des années précédentes, avec un thème qui colle aux préoccupations nationales. Et pour cause ! La situation sécuritaire du pays et l’actualité sanitaire du monde s’imposent.

Résultat de recherche d'images pour "soutien aux forces armées du Mali"
Photo d’illustration

Les femmes maliennes renoncent à leur rituel du 8 mars fait de tintamarre et d’ostentation. Le département en charge de la femme a choisi le thème : « 8 mars, soutien aux forces armées maliennes ». Une manière de rendre hommage aux forces armée et de sécurité du pays dans leur difficile mission de défense en cette période de crise. En effet, de nombreux soldats maliens ont perdu la vie dans la lutte contre les forces obscures et pour la défense du territoire national. Et les femmes en sont touchées au premier degré car les victimes ne sont autres que leurs enfants, leurs maris, leurs frères. C’est donc le cœur meurtri que cette journée de la femme a été dédiée à la méditation et la compassion pour les militaires maliens. Ce n’est pas tout.

La maladie du coronavirus s’est invitée dans les débats

La cérémonie solennelle qui a toujours marqué cette journée du 8 mars avec tout le folklore, les uniformes et les officiels sont tout annulés cette année. La raison évoquée est la prévention contre le coronavirus qui se trouve déjà à la frontière du pays, notamment au Sénégal voisin, et se propage dans le monde. Même si aucun cas n’a encore été détecté au Mali, les autorités semblent opter pour la vigilance en annulant ce qui représente, incontestablement un rassemblement national à cette date. Une mesure de prévention salutaire qui réduira à coup sûr les risques de survenue du coronavirus au Mali. D’autres défis doivent également inciter les femmes maliennes à la modération et à plus de réflexions dans la célébration de cette journée.

Les violences basées sur le genre

A intervalle régulier, l’actualité malienne est marquée par des cas de femmes qui perdent la vie sous la barbarie de leurs compagnons, ou alors des femmes qui optent pour le suicide afin « d’échapper » aux affres de la cohabitation difficile. A tout ceci, s’ajoutent des histoires répétées de viol de petites filles.

Face à tous ces crimes, on entend que des dénonciations d’ONG et d’associations de femmes, point d’actions d’envergure de la part du ministère de la promotion de la femme de l’enfant et de la famille. La journée du 8 mars doit être mise à profit pour mener des réflexions approfondies afin de mettre fin à ces atteintes graves à la vie et à l’intégrité physique de la femme et de l’enfant. En attendant l’aboutissement du plaidoyer pour une loi contre les violences basées sur le genre, les associations féminines et le département de tutelle doivent exercer la pression pour que les textes qui punissent ces crimes soient rigoureusement appliqués.

Comme on le constate donc, les sujets de débat ne manquent pas pour donner à la journée internationale de la femme une dimension plus sérieuse et hautement humaine.

Ténin Sira Samaké

Femme Plus

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

fr_FRFrench
fr_FRFrench